La pollution est le plus grand problème dont nous faisons face aujourd’hui. Essayer de le réduire pour protéger l’environnement est un défi mondial, et chacun a sa part de responsabilité.

Le transport et l’environnement

Selon le ministère de l’environnement français, le transport serait à l’origine d’une grande partie d’émission de gaz à effet de serre, il représente près de 27,8% des émissions dans toute la France. Cette valeur est assez alarmante pour conscientiser chaque utilisateur de voiture sur les dégâts que cela pourrait causer à l’environnement.
Une étape à franchir dans le défi mondial pour la protection de l’environnement est alors la réduction de la consommation en carburant ce qui équivaut à la diminution de rejets de gaz polluants. Pour cela, on peut par exemple, choisir un autre moyen de transport : abandonner les voitures personnelles pour le transport en commun. Même si l’on n’abandonne pas complètement l’utilisation des voitures, on pourrait alterner leurs usages avec ceux des transports en communs comme le train ou l’autobus.

L’utilisation des transports communautaires

Dans le domaine de transport communautaire, on peut regrouper l’autobus, le métro, le train, le tramway et l’autocar. Ce sont des moyens de transport que l’on peut choisir pour adopter une attitude plus responsable et plus respectueux envers l’environnement.
Adopter des moyens de transport écologiques peut s’avérer plus économique, c’est ce qu’on appelle faire d’une pierre deux coups. Comme le transport en commun coûte moins cher, cela nous permet de faire des économies et d’être écologiques à la fois. En effet, on n’a plus besoins de payer pour un permis de stationnement ou même le carburant. A part cela, l’effet sur le marché de carbone est considérable. Autrement dit, une réduction d’émissions de carbone équivaut à moins de quotas carbones à acheter. Prenons l’exemple du TGV. C’est un moyen de transport rapide mais qui rejette peu de gaz carbonique puisqu’il fonctionne à l’aide de moteurs électriques alimentés à courant continu. Le point le plus important n’est dans le fait qu’il consomme de l’énergie électrique uniquement, mais surtout le fait qu’il peut transporter un grand nombre de personnes. Il peut transporter jusqu’à 630 personnes. Cela réduira donc considérablement le nombre de voitures en circulation. En gros, cela équivaut à une réduction de 53,5kg/km de gaz carbonique chaque jour, pour les 630 passagers du TGV seulement. A l’échelle nationale, cela peut faire une grande différence.

Favoriser l’utilisation des moyens de transport communautaire

Il vaut mieux se tourner vers cette alternative. La gratuité ou la réduction du coût de certains moyens de transport en commun est une solution qui pourrait encourager les gens à prendre ces moyens de transport. Il est à signaler que l’adoption de cette mesure peut avoir de larges impacts positifs sur de nombreux domaines comme sur la gestion des espaces urbains car en effet, moins de voiture en circulation signifie plus de place en ville. De plus, le transport pourrait être plus rapide vu qu’il n’y a pas de risques d’embouteillages grâce aux voies réservées.